Être français selon Nicolas Sarkozy

Publié le par le collectif N.R.V

Extrait du discours de Nicolas Sarkozy à Caen le 09 mars 2007 :

 

« Etre Français c’est aimer la France, c’est vouloir la République, c’est respecter l’Etat.

Etre Français c’est prendre en partage l’histoire de la France et les valeurs de la France.

Etre Français c’est penser qu’au-delà de la droite et de la gauche, au-delà des partis, au-delà des croyances, il y a quelque chose de plus grand qui s’appelle la France.

Je veux dire à tous les Français que la France est plus forte quand elle est unie, que la désunion des Français a toujours causé l’affaiblissement de la France, que lorsque la France est faible c’est chacun d’entre nous qui se trouve affaibli.

Etre Français c’est se sentir l’héritier d’une seule et même histoire dont nous avons toutes les raisons d’être fiers. Si on aime la France, on doit assumer son histoire et celle de tous les Français qui ont fait de la France une grande nation. »

 

Je n’aime pas la France, je refuse ses prétendues valeurs républicaines, je suis pour l’abolition de l’Etat.

Je ne suis pas l’histoire de la France, je la nie. L’histoire de la France appartient à ceux qui l’ont vécue. Je ne suis pas concerné. Si les valeurs de la France sont celles de la déclaration de 1789, elles n’appartiennent pas à la France et celle-ci ne les a jamais respecté. Si ces valeurs ne sont pas celles de 1789, elles ne m’intéressent pas.

Pour moi, il n’y a rien au-dessus de moi, pas même mes idées politiques ou mes croyances personnelles. La France, pour moi, n’est rien.

Lorsque la France est forte, c’est que chaque individu qui la compose est écrasé. Une France forte ne m’intéresse pas. Je ne vis pas en fonction de la peur ou du respect que ma nation inflige à la communauté internationale. Lorsque la France est « faible » c’est que chaque individu se sent libéré. La France est désunie et ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui l’unira.

Je ne suis l’héritier que de mes géniteurs, pas d’une histoire à laquelle je n’ai pas participé. Nous n’avons aucune raison d’être fier de l’histoire de la France, elle n’est faîte que d’ignorance et d’oppression. Je n’ai pas à accepter et assumer l’erreur des autres « français », même si celle-ci s’appelle « histoire ». La France n’est pas une grande nation et mon but n’est pas qu’elle le devienne.

 

Pourtant, la loi m’indique que je suis de nationalité française, et ce depuis au moins douze générations, selon mon arbre généalogique. C'est bizarre que la loi soit en contradication avec les propos de Nicolas Sarkozy. Celà ne tardera pas avant que la loi soit modifiée pour son bon plaisir.

 

J’attends de ce pas que la Gestapo française vienne me chercher pour aller me reconduire à la frontière…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

houlala 07/09/2007 17:21

Que dire... ce texte laisse pantois..Tu dois vraiment être un vrai fils de riche famille pour te permettre de cracher dans la soupe... ou ne jamais avoir voyagé autre part que dans un pays riche... Ne pas déjà être heureux de pouvoir manger plus ou moins à ta faim... être obligé de cracher sur tes ancêtres et les renier pour une cause de petit lycéen boutonneux alors que tu es prêt à lutter pour la survie d'autres peuples autonomes opprimés comme au Chiapas etc..En tout cas sache qu'après avoir écrit de telles pensées sur ton peuple et le pays où tu habites, la moindre des choses que tu puisses faire serait de le quitter, ne serait-ce que pour permettre à d'autres personnes (notamment des pays en guerre d'Afrique) de venir trouver leur bonheur ici, ce qui ne devrait pas être difficile vu les douleurs que connaissent leurs pays... mais je pense plus qu'il s'agit de paroles écrites par un jeune qui n'a lu comme livres que ce que lui demandait l'Education Nationale et quelques opuscules de l'utopie communiste (mondialisante et niveleuse des cultures elle-aussi).C'est ce que montre aussi ta totale confusion et tes raccourcis sur l'Histoire de ce pays, comme si elle se résumait à la Révolution et ses pseudos-valeurs..Mais je ne m'étendrais pas là-dessus. L'homme de bien doit faire son chemin lui-même...Je ne peux mon pauvre ami que te conseiller d'essayer d'aller voir par toi-même la vie que mène les autres peuples sur terre, d'avoir un peu de courage et d'aller aider en Afrique...Enfin sache que toutes les cultures et tous les peuples méritent de perdurer face à toutes les mondialisations et autres assimilations, les pygmées, les mayas autant que les français de souche (mais apparemment tu ignores ou renie les caractéristiques de ces derniers pourtant bien réelles: noms de famille, traditions oubliées peu à peu, disparition des dialectes etc etc...)Bien à toi,Un bénévole d'une association humanitaire,P.S: J'espere que tu n'auras pas honte de publier mon message (tu peux enlever ce post-scriptum si tu le fais :) )