Révolte dans les centres de rétention

Publié le par le collectif N.R.V

 

DANS LES CENTRES DE RETENTIONS, LA RÉVOLTE A COMMENCÉ

Le 15 décembre une révolte a commencé au centre de rétention du Mesnil-Amelot : cahiers de doléances, revendications écrites sur les vêtements, refus d’entrer dans les chambres, grève de la faim… Elle s’est étendue au centre de rétention de Vincennes où de nombreux sans-papiers ont rejoint la grève de la faim et refusé de rentrer dans leurs chambres. La répression n’a pas tardé. 150 CRS sont entrés dans le centre de rétention pour les réprimer. On compte trois blessés parmi les grévistes. La police a refusé d’appeler le Samu. Certaines personnes ont été isolés. Mais les grévistes ont exprimé leur détermination à ne pas céder.

En cette fin d’année, les préfets ont reçu le message d’accélérer les rafles pour atteindre le chiffre de 25000 expulsions fixé par le ministère de Hortefeux. Le harcèlement quotidien des sans-papiers s’est encore accentué. Les arrestations ont lieu partout : lors de démarches administratives, dans les préfectures, les commissariats, devant des consulats, les écoles, au travail, dans la rue, le métro, aux domiciles…

À Rennes, à Bordeaux, à Paris et un peu partout en France et en Europe, ces derniers mois ont vu de fortes mobilisations contre les centres de rétention. Donnons de l’ampleur à ce mouvement. Soutenons la révolte des sans papiers. Agissons maintenant pour la fermeture de tous les centres de rétentions.

LA RÉVOLTE A COMMENCÉ…

Premiers signataires : 9ème Collectif des Sans-Papiers, Sierra Maestra,

Contact : 9eme_collectif@no-log.org

DANS LA NUIT DU 30 AU 31

0H35 COUP DE TEL.d’un retenu, ce soir même chose, les CRS chargent des hurlements au téléphone , des retenus st tjrs. ds la grève de la faim, il me dit qu’il y a un blessé, un un Géorgien et un Tunisien.

J’entends les cris "vive la grève" repris en cœur par tous , les flics obligent à rentrer Dans leurs chambres, les cris redoublent. Ce soir , ils avaient décidé de dormir tous dehors dans la cour.

La lutte pour eux , continue, comme B. vient de me dire au téléphone, ici "c’est contre toute humanité"

Cet a.midi belle mobilisation, et ce n’est qu’un début. Ils ont même dépêché de Paris nos RG habituels, et 6 cars de gendarmerie. Mais nous avions pu rencontrer en contact de très loin, ils entendaient nos cris de soutien et les retenus qui en criaient un autre LIBERTÉ. LIBERTÉ.

Dans les rencontres visiteurs cet a.midi, la majorité ont des enfants, sont mariés, tous travaillent, un retenu qui est gravement malade, depuis 10 jours les flics refusent sa demande de médecin ! Il a été transporté le 1er jour de Vincennes à l’hôtel Dieu pour une crise d’épilepsie, mis sous perfusion , mais après 5 jours... Plus de place retour au CRA, une infirmière lui donne Des médoc., il ne sait pas si c’est son traitement d’origine, ce soir en pleur, il me disait wqu’il avait des douleurs intolérables à la tête : réponse des flics, l’infirmière Verra si il nécessite ou non la visite d’1 médecin , cela fait 11 jours ! L’avocate B.Plazza a exigé de voir l’OPJ pour exiger une visite : mépris souverain, fin de non recevoir.il passe demain au 35bis TGI cité à 9h.( 10 ans de présence et 10 de mariage ici, femme résidente !)

01h : dernière info.

Un copain qui est devant,le CRA de vincennes ce soir, 01h. Me dit que des cars de flics sont entrain d’arriver avec des cohortes de renfort, de dehors il entend les hurlements.

Nous resterons TOUS LES JOURS, témoins et solidaires des luttes de tous les retenus,

Fermeture de tous les centres de rétention.

RESTONS EN CONTACT ,COMME NOUS L’AVONS DéCIDE CET A.MIDI / et ceci TOUS LES JOURS

Publié dans Immigrés en danger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article