Le bordel aux Roches de Condrieu...

Publié le par le collectif N.R.V

Dans le dauphiné du 19/03/08

(...) À l'issue du scrutin, la liste du maire Manuel Belmonte (qui n'a pas été élu) s'est emparée de 13 des 19 sièges du conseil. Celle de son principal challenger Jean-Claude Lejeune, en a obtenu six.
Ce dernier, après avoir étudié avec son équipe la législation relative à la validité des bulletins, a pourtant bon espoir de changer la donne, même après que les urnes aient parlé. Ils ont en effet déposé un recours auprès de la sous-préfecture de Vienne quant à la légitimité de la désignation comme nuls de trois bulletins, à l'origine destinés à être utilisés au premier tour.
Le maire, en présence d'un membre de la liste Lejeune, avait dimanche soir contacté les services de l'État qui lui avaient confirmé la nullité de ces bulletins. Décision contestée, donc, sur foi de textes (émanant de la direction de la réglementation de la préfecture du Maine-et-Loire) stipulant que pour "les bulletins du 1er tour utilisés au second tour", "le vote est valable même si, d'un tour à l'autre, la dénomination de la liste a changé".
Au vu des très faibles écarts de voix entre les candidats, on comprend la motivation d'une équipe voulant « tenter le tout pour le tout », selon Jean-Claude Lejeune. De rapides calculs lui ont permis de croire, au cas où le tribunal administratif donnerait foi à cette requête, que ces trois bulletins suffiraient à faire passer plusieurs (quatre ?) de ses colistiers. Et donc à éliminer des membres de la liste du maire, parmi lesquels Isabelle Dugua-Martinez, (la suppléante de Remiller, donc de l'UMP...) pressentie pour revêtir l'écharpe de maire ! Ce qui bouleverserait le rapport de forces entre les deux listes, aujourd'hui de treize contre six pour la liste Belmonte.
Jean-Claude Lejeune et ses colistiers, qui ne veulent pas en rester là, contestent encore l'invalidité de deux autres bulletins, où le nom de la tête de liste avait été souligné de rouge... Ambiance, à deux jours de la réunion du conseil municipal, et dont l'organisation ne devrait pas être remise en cause... (...)

(Pour souvenir, voici les déclarations d'Isabelle Dugua concernant sa nomination comme suppléante de Remiller :)
Remiller a présenté sa suppélante, Isabelle Dugua, élue au conseil municipal des roches des condrieu (à la communication aux écoles et aux fêtes). Elle a dit que (et elle a parlé que de ça, d'ailleurs, de sa féminité) le fait qu'elle soit une femme serait" une arme dans leurs résèrves pour critiquer, attaquer"  Elle voudrait "donner une grande place à une femme dans la politique".  Cependant,  elle est loin d'être féministe ! Elle veut prouver que la "mentalité féminine est compatible avec la mission politique et surtout la mission philantrophe." 

Plusieurs points: la question de savoir si la mentalité féminine permettait ou pas l'exercice du pouvoir (la femme hystérique, instable, guidée par ses émotions et ses sens) est résolue depuis un bon moment, tout de même. Il n'y a pas une mentalité féminine, hors des construits sociaux.

Ensuite, la mission philantrophe rappelle les conceptions pré-étatiques du social où les grandes dames allaient donner de l'argent aux bonnes oeuvres catholiques pour soigner les pauvres indigents. Déjà, mettre en avant cette capacité philantropique en parallèle avec le fait que ce soit une femme reprend une image de la femme conservatrice, presque anarchronique.

Surtout, philantropie s'oppose à représentation (qui est la mission supposée des élus) en s'inscrivant dans une logique clientéliste et paternaliste. Philantrophie s'oppose aussi à solidarité, qui est sensée être le principe de la gestion étatique du social.

  _______________________________________________________________________________

AUtre affaire de recours : la liste de Laignel a posé un recours car seuls 80 électeurs séparait la liste PS - PC de celle de Remiller !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article