Communiqué de la jcml concernant les incidents à Vienne

Publié le par le collectif N.R.V

Venu soit disant parler dans une ville de province du pouvoir d’achat, Sarkozy a rencontré des patron-ne-s et les bureaucrates politiques locaux, toutes et tous acquis-es à sa politique en faveur de la bourgeoisie. A Vienne, ville bourgeoise, le patronat, les commerçant-e-s, artisans, exercent une influence détestable sur la ville.

   En revanche, ont été refoulés hors du champ des caméras, voire parqués au commissariat, syndicalistes (CGT, FSE) et militants d’organisations politiques. Les militants de notre organisation, marxiste léniniste, (JCML), du syndicat de lutte de classe et de masse FSE, de partis de gauche (LCR) ont été embastillés le temps de la visite, une élue PCF s’est vue refoulée elle aussi, de même que le chef de l’UL de la CGT et le président de l’USEL-FSE Lyon. D’innocentes pancartes, demandant juste aux présidents s’il n’est pas que le président de ceux qui ont une carte gold, ont valu à celui qui la portait d’aller faire un tour au commissariat.

  La police a mené une opération concertée visant à empêcher des organisations et individus hostiles à la politique de Sarkozy, de manifester leur mécontentement, d’utiliser leurs droits démocratiques élémentaires (manifestation, tractage, pétition … ). Une quinzaine de personnes auront été arrêtées et huit subiront un rappel à la loi. Les militant-e-s de notre organisation marxiste-léniniste, (JCML-Rhône) n’ont pas échappé à ce traitement (arrestations, confiscation de notre matériel d’information, de nos tracts).

  La bourgeoisie est obligée, pour que son porte étendard se paie juste un petit bain de foule, dans une ville réactionnaire, devant les caméras, de baisser le masque démocratique qu’elle entretient. Elle dévoile alors sa fragilité. Les seules limites à la répression qui s’est abattue sur les militant-e-s viennois-es – d’ailleurs pacifiques - sont la taille des cellules du commissariat de Vienne et la présence multiple de caméras. Hors de question de crier le moindre slogan collectivement, de sortir la moindre affiche, le moindre numéro de l’Humanité, le moindre tract. Préventivement, tout ce qui pouvait être assimilé à de " l’antisarkozysme " (du look au dossier de RG) était passible de contrôle d’identité au commissariat.

  Le mardi 13 Mai fut enrichissant car il a prouvé une nouvelle fois les théories marxistes-léninistes dans les faits. La bourgeoisie – la délégation parisienne bourgeoise, les politiques bourgeois, les entrepreneurs bourgeois - utilise la force, la dictature pour maintenir sa domination de classe. Certes, à Vienne, cette force n’était pas la plus brutale que l’on ait vu, car la brutalité n’est nécessaire à la classe bourgeoise et à son Etat que lorsqu’une opposition de classe est menaçante. Elle a exercée une contrainte physique sur celles et ceux qui peuvent lui poser problème: militants d’organisations communistes, de classe, de lutte. Même les organisations réformistes comme le PCF ou la LCR qui ne représentent pas de danger réel pour la bourgeoisie ont été refoulées.

  Tirons une leçon de cette journée : la façade démocratique qu’utilise la bourgeoisie est essentiellement du vent : elle est et sera à tout moment capable, comme elle l’a montré maintes fois, de piétiner sa propre légalité et d’écraser les masses par la force si elle se sent trop violemment contestée.

  Mais la contestation grandira car les offensives contre nous font empirer chaque jour la situation !

  - Salaires insultants, cadeaux fiscaux aux bourgeois, criminalisation des chômeurs, retraites incertaines, franchises médicales.

- Suppression des postes de profs, suppression du BEP, privatisation et sélection à l'entrée des universités.

- Expulsions massives et aveugles d'immigrés, hommes, femmes, enfants.

-  Politique étrangère impérialiste au Tchad ou en Afghanistan, mini traité européen

- Répression des mouvements sociaux, destruction du droit de grève, etc.

  Sarkozy est un serviteur de la classe bourgeoise (classe de celles et ceux qui détiennent les moyens de production et s’enrichissent sur le dos des travailleurs-euses). Toute sa politique n’a qu’un seul but : satisfaire les exigences des patron-ne-s. Tous les acquis sociaux sont soldés car ils freinent la course aux profits des exploiteurs, dans un contexte de crise économique et de rivalités inter-impérialistes exacerbées. C’est la raison principale de toutes les réformes qui nous tombent dessus.

  Contrairement aux opportunistes nous ne ferons pas plus confiance à la gauche qui est dévouée aux même intérêts. Si Sarkozy devenait trop impopulaire alors la bourgeoisie le virerait du siège où elle l’a placé et mettrait à la place un-e de ses représentant-e-s de " gauche " qui ferait peu ou prou la même politique.

Nous appelons celles et ceux qui ont manifesté (ou tenté de le faire) à Vienne à ne pas en rester simplement au rejet de Sarkozy mais à rejeter aussi le système qui fabrique de tels personnages (le capitalisme).

Nous appelons les manifestant-e-s à s’engager pour une société dans laquelle la bourgeoisie et ses représentant-e-s comme Sarkozy ne nous domineront plus, pour le socialisme.

Commenter cet article

Circé 22/05/2008 08:47

Le même est passé à Orléans.Des jeunesses communistes se sont vues fouiller et dépouiller de leurs tracts.Mais s'il y avait beaucoup de forces de l'ordre, il est vrai aussi que l'endroit que celui que fr3 elle-même a qualifié non sans humour de "bouc"A voir sur  lien suivant:http://www.monorleans.com/article-19757766.htmlNous étions bien parqués loin de toute présence officielle quoique...Autre lien: http://circe45.over-blog.com/article-19745025.htmlVous avez parfaitement raison concernant Sarkozy.La lutte des classes n'est pas morte, il l'a réactivée puissance ? 

Joël 19/05/2008 16:21

Merci de ta proposition mais comme depuis un bon moment plusieurs com m'incitent à m'inscrire sur insecte.org je viens de le faire. Cette araignée me permettra de mettre mon premier post !Heureux d'être lu dans la Vienne et encore plus quand je vois le contenu du blog !! Courage on les aura!! et peut être à un de ces jours dans une manif parisienne !!

Bla 16/05/2008 10:02

Précision : ce ne sont pas que des syndicalistes ou des membres d'organisations (politiques ou associatives) qui ont été arêtés. Ce n'était pas une répression anti-syndicale, mais une répression contre toute forme d'opposition politique.