Remiller signe une proposition de loi anti avortement

Publié le par le collectif N.R.V

Remiller a signé - et en première signature - le 24 Avril une proposition de loi visant à donner des droits aux parents dont les enfants sont morts-nés. Au delà de la douleur de parents qui peuvent effectivement attendre une reconnaissance - bien qu'assez morbide - de leurs enfants nés sans vie, cette proposition de loi fragilise le droit à l'avortement.

En effet, elle fait de l'embryon, du foetus, du résidu de fausse couche, un être humain et un individu à part entière. Ce genre de projet de loi amène de l'eau au moulin des anti avortements qui considèrent que le tas de cellules en voie d'organisation que les femmes enceintes qui désirent avorter ont dans les entrailles est un être humain.

La proposition de Loi est disponible ici.


Commenter cet article

Aurélien WILLEM 24/06/2008 23:57

Alors justement, parlons raisonnement scientifique, parce que d'après vous, se baser sur des intuitions ne fait pas office de preuve, je ne vois pas en quoi citer des fabulations et des hypothèses (parce que ce sont bien des hypothèses que propose les liens) en font une démonstration.Non, vos sources ne sont pas fiables, jusqu'à présent, il n'y a aucun fait établi, ce qui rends votre argumentaire complètement caduque.Bref, on en revient à ce que dis MR, et Aurélien: "Vous faite des amalgames de choses différentes pour raconter des non-vérités, et votre discours est extrêmement creux car il n'est le fruit d'aucune réflexion personnelle, mais d'un copier coller de pensée (et non de preuves) d'autres personnes".

Sovietsig 21/06/2008 11:00

Sauf que on ne peut pas baser une démonstration de faits réels par la simple "intuition" ou par "des idées", cela revient à nier tout principe scientifique de démonstration. Les sources servent à prouver que l'argumentaire est vrai et se base sur des informations. Après on peut juger ou non de la pertinence, ou non, des articles et des sources, mais elle sont la base du fonctionement scientifique de la pensée.A titre de comparaison, c'est comme si enfermé dans une pièce sans fenêtre, tu te mets à dire "il fait beau dehors".Sans informations, cela reste de l'idéalisme pur et simple, coupé de toute réalité.Pour Aurélien Willem, le problème est principalement ce à quoi ouvre cette loi.C'est à dire à une reconnaissance du foetus comme un être vivant à part entière, revendication soutenue par les anti-IVG. Si le titre est probablement mal choisi, on ne peut nier que cela n'est en rien fait pour faciliter le choix de l'avortement.

MR 18/06/2008 19:25

Nul besoin de sources lorsque l'on a des idées par soi-même... S'appuyer sur des sourecs, surtout dans un débat de ce genre reviens à affirmer son manque d'idées et de finesse pour les exposer.

Aurelien 18/06/2008 13:07

Milles plates excuses !!!Et en plus on est pas révisionistes on est tous fascistes ! Quand à vous, vous êtes également à mettre dans le même panier que les falsificateurs et surtout les manipulateurs mais bon, je pense que ce n'est pas la peine d'aller plus loin étant donné que je n'ai pas de sources  !Mais bon au moins ce blog est amusant je vous encourage à le continuer ! 

Aurélien willem 18/06/2008 12:25

Notre argumentation (a savoir vos tendances à l'amalgame) se base sur vos écris. Y a t'il besoin de mettre un lien sur votre site ? Maintenant, si vous voulez vraiment gratter, expliquer moi de vos propres mots le lien entre vos articles et surtout la remise en cause de l'IVH avec ceci :
Code Civil article 79-1
(Loi 93-22 du 8 janvier 1993, article 6) - Lorsqu'un enfant est décédé avant que sa naissance ait été déclarée à l'état civil, l'officier de l'état civil établit un acte de naissance et un acte de décès sur production d'un certificat médical indiquant que l'enfant est né vivant et viable et précisant les jours et heures de sa naissance et de son décès.
A défaut du certificat médical prévu à l'alinéa précédent, l'officier de l'état civil établit un acte d'enfant sans vie. Cet acte est inscrit à sa date sur les registres de décès et il énonce les jour, heure et lieu de l'accouchement, les prénoms et nom, dates et lieux de naissance, professions et domiciles des père et mère et, s'il y a lieu, ceux du déclarant. L'acte dressé ne préjuge pas de savoir si l'enfant a vécu ou non ; tout intéressé pourra saisir le tribunal de grande instance à l'effet de statuer sur la question.
---> Le rajout souhaité :
À la suite de son établissement et à la seule demande des parents, l’acte ainsi établi permet l’attribution d’un ou plusieurs prénoms, la reconnaissance de la filiation à l’égard de la mère et du père cités dans l’acte, ainsi que l’inscription, à titre de mention administrative, dans le livret de famille. Il autorise enfin les parents à réclamer, dans un délai de dix jours, le corps de l’enfant décédé pour organiser ses obsèques.
Article 310
Tous les enfants dont la filiation est légalement établie ont les mêmes droits et les mêmes devoirs dans leurs rapports avec leur père et mère. Ils entrent dans la famille de chacun d'eux.
---> Le rajout souhaité :
Elle peut également se prouver par l’acte d’enfant né sans vie. Alors vos articles mis en liens se basent sur quoi eux ? Rien des supposition RIEN d'autre, parce que franchement au vu des ajouts il n'y a RIEN, AUCUNE remise en cause. Arrêtez vos délires ! Mais comme d'habitude avec vous, ça se résume à un "Non de doute façon vous avez tord, et même si vous avez raison, vous mentez", arrêtez de vous prendre pour des dieux qui ont une soit disante vérité divine, vous qui êtes soit disant anticléricalistes, c'est paradoxale.