Communiqué de la CGT sur le meurtre de St Egrève

Publié le par le collectif N.R.V

de l’Union départementale C.G.T. de l’Isère  de l’U.S.D. Santé et du Syndicat CGT du CHS St Egrève



Nos organisations syndicales tiennent à exprimer toute leur émotion concernant le drame qui vient de se produire à Grenoble ce mercredi 12 novembre 2008.

Nous tenons à témoigner du profond traumatisme du personnel de l’Hôpital de Saint Egrève.

Il nous parait important dans ces conditions de garder raison et lucidité.

Nous mettons en garde contre toute décision hâtive qui engendrerait des bouleversements en profondeur de notre politique de santé publique en matière de psychiatrie.

Cet événement ne doit pas occulter toute une pratique professionnelle qui apporte de nombreux résultats positifs pour les centaines de patients accueillis chaque année par le Centre Hospitalier de Saint Egrève.

Cela fait déjà plusieurs années qu’avec les professionnels la CGT alerte et exige de la puissance publique, des moyens supplémentaires humains correspondants à la garantie des missions.

Nous n’avons eu de cesse au cours de ces dernières années de revendiquer une formation spécifique pour les personnels de la psychiatrie, et notamment depuis la suppression du diplôme d’Infirmier-e Psychiatrique.

Nous déplorons qu’il faille encore une fois un événement dramatique pour que la collectivité s’intéresse à la psychiatrie.

Nous nous étonnons à la lumière des éléments portés à notre connaissance que le premier réflexe au plus au niveau de l’Etat soit de chercher les éventuelles sanctions à l’encontre des salariés du secteur.

L’annonce d’une réforme prévue dans les jours à venir par le Président de la République nous laisse pour le moins perplexes eu égard à la complexité du sujet.

Alors que l’actualité récente a montré les limites de ce qu’est l’enfermement, donner une orientation à cette réforme sur le seul angle de la sanction pénale ne nous semble pas de nature à répondre aux exigences et à la définition d’une société civilisée.

Publié dans Santé

Commenter cet article