Appel pour une manif régionale le 23 Septembre

Publié le par le collectif N.R.V

Suite aux événements actuels au Moyen orient, et après quelques discussions, nous vous proposons de nous rencontrer afin de discuter de l’organisation d’une large manifestation régionale prévue durant la seconde quinzaine de septembre.

Le texte ci-dessous est le texte d’appel pour la réunion de préparation du 22 août, le texte d’appel à la manifestation sera discuté et décidé ensemble.

À Gaza, l’armée israélienne poursuit la destruction systématique de la société palestinienne. Loin d’être une ouverture vers la paix comme certains l’ont clamé à l’époque, le retrait de Gaza a transformé celle-ci en une grande prison à la merci de l’armée israélienne comme nous l’ont appris ces dernières semaines. Au Liban, sous prétexte de représailles contre le Hezbollah, l’armée israélienne entreprend une destruction systématique des infrastructures du pays, n’hésitant pas à bombarder des civils comme l’a montré le massacre de Cana.

Plus globalement, et après les bombardements et l’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan, cette nouvelle agression israélienne contre le Liban s’inscrit dans le plan global de l’impérialisme américain de domination totale de cette région du monde. Dans ces guerres sans fin, les vies des populations civiles ne sont pas seulement de peu de valeur, mais aussi considérées comme une cible légitime, coupable de soutenir activement ou passivement un « terrorisme » qui serait inscrit dans la culture même des populations agressées. Ainsi, dans cette logique de construction d’une « guerre de civilisations », nous avons été témoins d’une évolution graduelle du discours dominant : nous sommes passés des « groupes » terroristes, aux « Etats » terroristes puis aux « peuples » terroristes.

C’est dans ce contexte international écœurant que l’État d’Israël espère se « débarrasser » de la légitime résistance palestinienne et libanaise, et avoir, ainsi, les coudées franches pour faire du Liban un Etat–satellite, s’approprier toute la Palestine, en accélérant la colonisation de la Cisjordanie et faire main basse sur les ressources en eau de la région.

Tout cela sous la passivité ou la complicité de la "communauté internationale" : d’une part, les États-Unis renforcent leur soutien militaire à Israël, d’autre part, l’Union européenne suspend son aide à l’Autorité Palestinienne sous prétexte de la victoire électorale du Hamas, apportant ainsi son appui à la politique israélienne, et montre son incapacité à s’opposer à la destruction du Liban. La France, en particulier, si elle demande un cessez-le-feu, renvoie dos à dos Hezbollah et Israël et oublie de parler de la Palestine.

Quant à l’ONU, sa piteuse réaction après le bombardement par l’armée israélienne d’un poste de la FINUL, n’est qu’un signe de plus de son incapacité à amener l’État d’Israël à respecter les règles du droit international et en particulier les résolutions de l’ONU.

Pourtant, malgré d’énormes moyens de destruction, l’armée israélienne se heurte à la résistance de toutes les composantes palestiniennes et libanaises. Plus que jamais nous devons leur exprimer notre solidarité et dénoncer la politique terroriste d’Israël, des USA et la complicité et l’hypocrisie des gouvernements qui laissent faire. Du gouvernement de notre pays, de l’UE nous exigeons une condamnation claire et sans équivoque de l’agression israélienne et qu’il prenne des sanctions vis à vis de cet Etat.

Faire reculer les criminels, c’est possible, s’il y a une pression populaire suffisante sur notre gouvernement, nos élus, et s’il y a – et c’est là, le principal – un travail d’explication et de mobilisation dans nos entreprises, nos quartiers… autour d’exigences concrètes et rassembleuses.

Non à la guerre permanente !
Pour le respect du droit international !
Solidarité avec la résistance libanaise et palestinienne !

 

Signataires pour cet appel : Ahmed Abdelouadoud ; Boualem Azzahoum ; Chems-eddine Boughlita ; Mounir Bouabdallaoui ; Roland Calba ; Jean-Luc Cipière ; Roger Dubien ; Georges Gumpel ; Yamin Makri ; Philippe Robin ; Salah Touama.

Commenter cet article