Marc Auray fait appel

Publié le par le collectif N.R.V

Tandis qu'hier Vienne se mobilisait contre la représsion des mouvements sociaux, Marc Auray décidait quelque jour plus tôt de faire appel au jugement dont il a été victime..

« Je tiens à vous faire part de ma décision de faire appel à la condamnation du 13 octobre 2006 de 15 jours de prison avec sursis pendant 5 ans et plus de 3700 euros d’amendes diverses et variées pour outrage et rébellion envers les forces de l’ordre.

Je sais que cette décision peut interpeller un certain nombre d’entre vous au regard de l’incertitude qu’elle porte en elle.

J’ai pris cette décision en ayant écouté tous les points de vue, les positionnements, en ayant mesuré tous les risques y compris de voir la peine s’alourdir.

C’est donc une décision réfléchie.

En effet, ce qui m’est reproché aujourd’hui, ce qui me vaut ma condamnation, c’est de m’être opposé à un ordre des CRS non justifié. A aucun moment, n’apparaît dans le délibéré la provocation et la violence policière. Le délibéré est principalement à charge.

Alors bien sur me direz-vous, « si tu crois en la justice, tu es bien naïf… » Pour autant, loin d’être naïf, je pense que l’injustice se combat. C’est ce que j’essaie de faire depuis des années dans mon établissement et ailleurs.

Je pars du principe que l’opposition pour un militant n’est pas un acte de voyous, de délinquance, qu’organiser une répression là dessus, c’est procéder à une politique qui infirme les droits et acquis pour lesquels se battent des milliers de militants syndicaux, associatifs ou politiques. Humainement, je ne peux accepter que cette politique passe par moi. A travers l’appel que je dépose ce jour, 23 octobre 2006 au greffe du tribunal de Vienne, je mets en avant ma volonté de lutter, résister et de gagner qui constitue ma raison de militer depuis des années. »

Publié dans Santé

Commenter cet article