Manifestation Lundi en soutien à Oaxaca

Publié le par le collectif N.R.V



Suite à la répression sauvage de la grève des enseignants de l’état de Oaxaca par le gouvernement de l’état, le mouvement s’est radicalisé et s’est étendu à l’ensemble de la population. Une assemblée populaire des Peuples d’Oaxaca (APPO) s’est mis en place considérant alors que le gouvernement institutionnel d’Oaxaca n’existe plus. Depuis la repression ne cesse d’augmenter contre les habitants. Pourtant l’APPO, solide sur sa base, continue d’avancer et de réfléchir à d’autres manières de faire de la politique avec tous et pour tous. Il est urgent de crée une solidarité internationale en soutien à la commune Rebelle D’oaxaca afin de faire stoper la repression.

MOBILISONS NOUS POUR OAXACA COMMUNE REBELLE

Au début, un mouvement enseignant

Voilà bientôt 6 mois que le mouvement commence, le 22 mai 2006, par un piquet de grève des enseignants de l’état de Oaxaca, au sud du Mexique, qui réclament une augmentation de leur salaire sur un ajustement au coût de la vie. La tentative du gouvernement de l’état de museler cette mobilisation en utilisant la répression sauvage, le 14 juin dernier, radicalise les enseignants qui, dès lors, exigent la destitution du gouverneur Ulises Ruiz Ortiz.

Extention de la luttes fasse à la répression du gouverneur Création de l’assemblée populaire

Cette nouvelle revendication trouve rapidement un écho dans une large partie de la société oaxaquena qui s’y rallie. Deux manifestations ont lieu, à la suite de cet affrontement, regroupant plusieurs centaines de milliers d’habitants. Près de 360 organisations civiles, indiennes, politiques, syndicales, groupes de lutte formels et informels mettent en place l’Assemblée Populaire des Peuples d’Oaxaca (APPO), considérant alors que le gouvernement institutionnel d’Oaxaca n’existe plus. Il s’agit d’une assemblée ouverte à laquelle tous les habitants peuvent participer. Le peuple peut révoquer à tout instant celui ou celle qu’il a élu et qui n’accomplit pas sa tâche pour le bien commun. Dès le mois de juillet une bataille commence dans laquelle le gouvernement local et fédéral essaie par tous les moyens de détruire l’APPO, en utilisant les médias pour diaboliser la rébellion, la police municipale, fédérale, les militaires, les paramilitaires, des tueurs à gage pour tuer des femmes et des enfants, blesser des centaines d’habitants, incarcérer de manière arbitraire de prétendus leaders, torturer, kidnapper, gazer, arroser d’acide, occuper la ville et la transformer en caserne. Pourtant l’APPO, solide sur sa base, continue d’avancer et de réfléchir à d’autres manières de faire de la politique avec tous et pour tous.

Toujours plus de repression !

Alors que l’APPO contrôle une grande partie de la ville, le 27 octobre, des paramilitaires au service du gouvernement local ont tiré sur des barricades faisant 4 morts. Cela a été le prétexte rêvé du gouvernement fédéral pour envoyer la PFP (police militarisée) à Oaxaca. Elle est entrée dans la ville le 29 et a occupé le zócalo (la place centrale). Les membres de l’APPO se sont alors retranchés sur la place Santo Domingo, près de l’université. Le 2 novembre au matin, la PFP a tenté de les déloger et de s’attaquer à Radio Universidad, l’une des voix du mouvement, mais elle a été repoussée et a dû battre en retraite.

Solidarité internationale

Pour que cette Commune ne finisse pas dans un bain de sang, il est de notre devoir de nous mobiliser et de faire pression sur le gouvernement mexicain, ainsi que d’exprimer notre solidarité envers la lutte des peuples d’Oaxaca. Personne ne peut rester silencieux et immobile pendant que tout un peuple, majoritairement indigène est assassiné, réprimé et enfermé. C’est pourquoi, en réponse à l’appel à la mobilisation nationale et internationale lancé par l’APPO et d’autres mouvements sociaux d’Oaxaca pour le 20 novembre,



L’Union Départementale de la CNT 69 appelle à manifester : LE LUNDI 20 NOVEMBRE 18h PLACE DE LA COMÉDIE (métro Hotel de ville) (journée de grève nationale au Mexique pour le soutien aux peuples d’Oaxaca)

suivie d’une PROJECTION DU FILM « ROMPER EL CERCO » sur la répression du mouvement social précédent au Mexique, à Atenco, suivi d’un Débat 19h30 au CUL 44, rue Burdeau

Nous appuyons la demande du peuple d’Oaxaca quant à la sortie d’Ulises Ruiz du gouvernement d’Oaxaca.

Nous exigeons le retrait immédiat des forces fédérales qui occupent le territoire d’Oaxaca.

Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus. Nous exigeons, enfin, que justice soit faite sur tous les assassinats qui ont eu lieu.

Vous pouvez protester auprès du mexique, de l’ambassade du Mexique à Paris et du consulat à Lyon (lettre type et adresses sur Rebelyon ou nous là demander)

Commenter cet article