La liberté syndicale de nos camarades de la Poste menacée

Publié le par le collectif N.R.V

Après 20 ans d’existence, le syndicat CNT PTT 69 ainsi que l’ensemble des syndicats de notre confédération se trouvent interdits à La Poste. L’Union Départementale du Rhône, soutenue par l’Union Régionale Rhône-Alpes, appelle à manifester samedi 25 novembre 2006 à 15h, place Antonin Poncet devant la poste centrale de Lyon.
Interdiction de la CNT-PTT à la Poste de Lyon
Cette interdiction est la conséquence d’un accord conclu, le 27 janvier 2006, entre la direction de La Poste et les syndicats dit représentatifs mais néanmoins minoritaires (CFDT, FO, CFTC, UNSA et CGC). L’ironie est que cet accord a été signé pour "faciliter et développer le dialogue social" (en bâillonnant toute contestation ?).

Depuis la poste n’a pas hésité à sanctionner d’une mise à pied de 15 jours un camarade parisien qui avait distribué un tract CNT dans son établissement. D’autres militant-es sont menacé-e-s. Derrière la CNT c’est le syndicalisme de lutte qui est visé, celui qui s’oppose au restructuration et donc à la privatisation. N’en doutons pas ceci n’est qu’une étape vers le bâillonnement de toute contestation dans tous les secteurs de la société. Bientôt les autres services publics seront touchés et ne parlons même pas du secteur privé ! Ne subsisteront que les syndicats d’accompagnement qui ne s’opposeront pas aux attaques contre les travailleurs et les travailleuses. Mais nous ne comptons pas nous laisser faire.

C’est pourquoi c’est l’ensemble des syndicats CNT de l’Union Départementale du Rhône soutenu par l’Union Régional Rhône-Alpes, qui appelle à manifester samedi 25 novembre 2006 à 15h, place Antonin Poncet devant la poste centrale de Lyon-69002.

La CNT PTT a besoin du soutien de toutes personnes syndiquées, non-syndiquées pour retrouver la liberté d’expression




Lettre ouverte aux militants syndicalistes
Dans le cadre de sa campagne pour défendre la liberté syndicale, l’UD CNT du Rhône a décidé de s’adresser, dans une lettre ouverte, aux militants des organisations syndicales : CGT, CFDT, UNSA, SUD, FO, CFTC, CGC, FSU.

Lyon, le 17 novembre 2006

L’Union départementale 69 de la CNT organise une manifestation le samedi 25 novembre à 15h (départ place Antonin Poncet face à la poste centrale) pour défendre les droits syndicaux à la Poste. En effet, suite à un accord signé par toutes les organisations syndicales le 28 janvier 2006 (sauf Sud et la CGT qui se sont abstenus, mais ne se sont pas opposés), la CNT-PTT se voit privée de tous ses droits syndicaux à la Poste. Les droits élémentaires que nous avions depuis 20 ans : distribution de tracts, panneaux syndicaux et local, nous sont maintenant retirés. La poste n’a d’ailleurs pas hésité à sanctionner d’une mise à pied de 15 jours un camarade parisien pour avoir distribué un tract CNT sur son établissement. Nous vous rappelons que notre syndicat a participé durant les 2 dernières décennies à toutes les luttes qui ont lieu, et que très régulièrement celles-ci ont d’ailleurs été menées en intersyndicale. Nous ne doutons pas que les militants syndicaux ne peuvent cautionner de tels faits. Malgré les divergences que nous pouvons avoir, il nous semble que la défense des droits syndicaux de la CNT-PTT est une défense des conquêtes sociales de tous les travailleurs et de leur liberté d’expression.

Un 4 pages sur l’accord social ainsi que des cartes postales-pétition sont disponible à notre local ou sur demande. Nous espérons donc vous voir dans la rue à nos côtés le 25 novembre et dans les luttes à venir, que ce soit à la Poste pour lutter contre les restructurations et les projets tels que « facteur d’avenir » ou dans d’autres secteurs.

L’Union Départementale CNT 69.

Et d'ailleurs...

Grèves à La Poste : IL FAUT PASSER MAINTENANT À LA VITESSE SUPERIEURE ! !

Près d’un collègue sur trois en grève le 14 novembre, _3000 manifestants à Paris !.. _IL FAUT PASSER MAINTENANT À LA VITESSE SUPERIEURE ! !

Les dirigeants de La Poste nous ont enterrés un peu trop vite. Dans un contexte de démoralisation générale des postiers, la journée de grève de mardi 14 novembre a été très suivie dans tous les services, les distris, les CTC et CPC et les guichets. Ce qui montre bien le ras-le-bol général de l’ensemble des collègues et notre potentiel de révolte énorme. Oui, la grève générale est aujourd’hui encore possible, même à La Poste !... Au sujet de la combativité des collègues qui ont fait grève ou pas, la journée du 14 novembre n’apparaissait pas hyper motivante, même pour la section locale de SUD qui y appelait pourtant... Ce sont les organisations syndicales qui doivent faire des propositions d’action et offrir des perspectives de lutte aux collègues, au-delà d’une journée de grève. Les collègues seront naturellement très combatifs si les syndicats réussissent à créer les conditions d’une lutte réelle, démocratique, en s’appuyant sur des Assemblées Générales du personnel et en en portant les revendications. _SUD va s’efforcer de créer une coordination des CPC parisiens d’autant plus que déjà deux centres, Villette et Bercy, ont de gros problèmes de sous effectifs. Les collègues de Villette CPC portent de leur côté également des revendications d’ordre salariale, comme le grade de base minimal pour tous en II-1 ! SUD fera tout pour favoriser les rencontres inter-centres et les liens directs entre collègues.

Pour revenir à la journée du 14 sur le CPC, en plus des habituels califs recrutés pour pallier aux découverts et de l’encadrement du centre qui s’est mis à bosser à la table d’ouverture, six commerciaux du 2ème étage ont bossé eux aussi à la collecte et au - 1. C’est parfaitement dégueulasse, c’est à chacun à se décider si il choisit ou non de faire grève, en aucun cas la boîte ne doit se permettre de péter notre grève de cette façon. Si le boulot de manuts et trieurs a été fait par des cadres commerciaux et ceux du CPC en III-3 ou en classe IV, alors il faut qu’on soit payés en conséquence, tous en classe IV au minimum ! Sinon nous ne tolèrerons plus la présence de cadres supérieurs à la manutention, au tri ou en tournée, ni d’aucun califs les jours de grève !

IL VA FALLOIR SE BATTRE ET POUR DE BON ! LA BOÎTE NE RIGOLE PAS, NOUS NON PLUS ! ! !

salaire minimal de base 1500 euros nets
500 euros nets d’augmentation immédiate pour tous.

 

Publié dans Travailleurs !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article