Analyse rassurante des déchets d'Abidjan... selon le ministère !

Publié le par le collectif N.R.V

Nelly Olin, Ministre de l'environnement, s'était engagée le 28 novembre dernier auprès des élus locaux et des associations, sur la tenue de quatre réunions de suivi des opérations d'élimination des déchets toxiques du Probo Koala en provenance de la Côte-d'Ivoire sur le site de l'entreprise Tredi à Salaise-sur-Sanne, dans l'Isère (38).

La première de ces quatre réunions, qui s'est tenue le 13 décembre dernier, a permis de présenter un bilan des émissions polluantes de l'installation de traitement des déchets dangereux de Tredi, depuis 2002, et de présenter les derniers résultats des analyses des rejets atmosphériques. Cette première réunion a également permis de revenir sur le déroulement des opérations d'élimination des déchets toxiques du Probo Koala ainsi que sur la composition des dits déchets.

Selon le ministère, les analyses réalisées sur le contenu des soutes du navire Probo Koala ont fait ressortir que les liquides déversés s'apparentaient à un produit pétrolier très proche de l'essence, avec une très forte teneur en hydrogène sulfuré. C'est cette substance, ce gaz toxique, qui a probablement été la cause des nombreuses intoxications et des 10 décès survenus en Côte-d'Ivoire à la fin de l'été. Le ministère de l'environnement rappel que ce liquide a été déversé dans des décharges, et qu'il a pollué les sols. Il s'est ensuite retrouvé dans les 9.500 tonnes de déchets terreux et liquides prélevés sur les zones polluées à Abidjan. Ces 9.500 tonnes de déchets, issues des opérations de dépollution des terrains, sont donc composées de ce produit pétrolier mélangé à de la terre et de l'eau.

Les analyses réalisées, sur ces déchets, dans le cadre de l'instruction de la demande de leur importation, ont permis de confirmer que le produit déversé était un résidu pétrolier comparable à de l'essence (91,5%) ne contenant pas plus d'hydrogène sulfuré. Elles ont également permis de démontrer que l'unité de traitement de la société Tredi, située à Salaise-sur-Sanne, pouvait éliminer ces déchets dans le respect de l'environnement et de la santé de la population, précise la ministère.

(source )

Bon, on est pas allés vérifier tout ça.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe. 16/12/2006 09:33

Bonne nouvelle ça - même si la source est seulement le ministère de l'environnement :)