Le Maire à la rencontre des habitants d'Estressin : des caméras à Estressin !

Publié le par le collectif N.R.V

Il y a eu hier une réunion publique entre les habitants d'Estressin et la mairie. Tout d'abord, il faut rappeller que des voitures brûlées, c'est certes une violence, et que certains se retrouvent sans boulot à cause d'une voiture cramée, mais que la violence principale infligée aux classes populaires est celle de la pauvreté. Et c'est le capitalisme qui est en cause.

On est d'accord avec lui pour dire que tout commence avec la prévention. Des médiateurs, ou, comme le propose ADVIVO, des correspondants de nuit, pourquoi pas ? Si tant est qu'ils ne soient pas des agents de l'ordre bourgeois mais au service des habitants, ce dont on peut douter. D'autre part, le président de l'association des locataires a demandé à ce que soient redéfinis les limites du conseil de quartier pour qu'il soit plus spécifique au Grand Estressin, ce à quoi le maire s'est engagé. Néanmoins, les conseils de quartiers ne fonctionnent pas sans une réelle volonté de la mairie d'aider les habitants à dégager leur volonté et sans que la mairie s'y soumette entièrement. Or, les jeunes se sont plaints de ne pas être écoutés par la mairie. L'association des locataires a très bien identifié une solution : la démocratie locale... Comme à Porto Alegre, genre. Elle resserre les liens des habitants, leur permet de construire leurs intérêts communs et des solutions qui les satisfasse tous avec l'appui des services techniques.

De plus, les jeunes se sont plaints, selon le Dauphiné, de provocations policières (et il y en a des gratinées puisqu'il y a eu du matraquage par les crs, semble-t-il, récemment), et des problèmes de discrimination et de chomage. Le maire a rétorqué que les jeunes n'avaient qu'à oser demander des choses et se constituer en association. Pourquoi pas, mais à quel acteur demander du travail et la fin des discriminations ? Ensuite, il a invité à la délation les habitants en leur demandant de témoigner sous X. Demander aux habitants de dénoncer leurs gosses, c'est quand même pas la solution. Surtout, va être voté le 29 Janvier un projet de vidéosurveillance d'Estressin ! Non seulement les jeunes ne peuvent pas traîner au centre-ville où les flics tournent tout le temps, mais en plus ils ne pourront plus s'adonner tranquillement chez eux même aux activités légitimes qu'ils ont dans la rue (et pas cramer des caisses). La vidéosurveillance est la preuve qu'on  considère la présence de ces jeunes dans la rue comme un problème en tant que tel, et qu'ils sont toujours dangereux. La vidéosurveillance, c'est la mort de la possibilité de la liberté. On ne peut pas accepter de renforcer la démocratie locale et d'autre part mettre des caméras de partout.

Commenter cet article

llh 26/12/2006 15:52

FINI DE SURVIVRE !
La révolution, c'est la seule façon que nous ayons de pouvoir vivre enfin.

la sentinelle 26/12/2006 14:17

deja puce, tu as l'aiur d'avoir pas mal d'appriori sur nous, beaucoup d'entre nous travaillent ou cherche du taf, certains trouvent meme des boulots intéressants. Moi aussi je me suis battu pour avoir du taff (j'en ai trouvé quelque fois) et je me bats toujours. On est pas comme tu pourrai l'imaginer, de gros branlots qui fouttent rien de leur journée et conteste pour la forme en demandant un assistanat maxamal de l'Etat. On a tous une connaissance des réalités du travail. Ce que l'on attaque, ce n'est pas le travail en lui même que personnellement je juge indispensable (en effet l'argent ne tombe pas du ciel).
Pour ce qui est des sdf je trouve ton discours plus que choquant !! Vas vivre dans la rue on en reparle après. Putin c'est facile de critiquer quand on vit pas dans la rue.
De plus y en a qui travaille et qui sont quand même sdf, tu dois connaitre cette realité sociale j'espere? Et ce n'est pas parce que TOI tu t'en es sorti que c'est le cas de tout le monde !

lek 26/12/2006 12:26

Au contraire, nous sommes combatifs. Très. C'est se résigner que d'envisager comme une réussite d'enchaîner les cdd...
D'autre part, QUI est plus malheureux que les SDF en France ? Un SDF sans papier, oui, bon.

puce 24/12/2006 17:34

Certaine de vous ne me semble pas très combatifs, pour s\\\'en sortir dans cette societé il faut en vouloir et se battre et ce depuis des décénies, je suis un jeune (et pas bougeois)qui a enchainé 3 cdd et me voila à présent en cdi, mais pas en résonnant comme vous le faites.C\\\'est pas en restant les bras croisés et en tenant le discours que vous avez, que vous pourrez vous en sortir.Les sdf à Vienne ne sont pas très malheureux ils ont toutes les structures pour vivre, midi partage, accueilde nuit , et la journée ils peuvent aller à l\\\'arche boire une boisson chaude après avoir fait la manche, savez vous que certains d\\\'entres eux se font 100€ par jour oui ils me l\\\'on dit plus le RMI, pour manger et dormir à l\\\'accueil de nuit on leur demande 1€ par jour y\\\'a plus malheureux qu\\\'eux. N\\\'allez pas leur demander s\\\'ils veuvent travailler la majorité vous répondrons non. Allez soyez  plus réaliste l\\\'argent ne tombe pas du ciel le tout c\\\'est d\\\'en vouloir;
Bonne fêtes à tous
 

red skin 24/12/2006 08:54

Le maire de Vienne laisse bien les gens dans la merde puisqu'il ne fait rien pour les SDF, à part faire enlever les bancs du cour Romestang pour éviter de les voir poser leur cul. Quelle grandeur d'âme.