Contre Noël...

Publié le par Enver Hoxha

Contre Noël…

 

Noël, c’est le soir du 24 décembre et la journée du 25…

Mais, au fond, qu’est-ce que c’est ?

Rien d’autre qu’un fête religieuse et commerciale résultant de l’instrumentalisation du christianisme par le Capital.

Les fidèles chrétiens fêtent Noël pour commémorer la naissance de leur messie et dieu Jésus-Christ, qui aurait eu lieu il y a 2006 années à Bethléem, en Judée romaine.

Outre le fait que l’historicité de Jésus de Nazareth est largement contestable, rien ne permet d’affirmer que sa naissance ait eu lieu un 25 décembre d’une quelconque année. Rien de tel n’est indiqué dans le Nouveau Testament. Par contre on sait que de nombreux dieux de l’antiquité (tous antérieurs à Jésus), tels que Mithra, Dionysos, Horus, Bouddha, Krishna (entre autres), seraient nés, selon les mythes, un 25 décembre… Il serait logique d’affirmer que ce sont les chrétiens des siècles suivant la naissance de Jésus qui ont choisi cette date pour rivaliser avec les autres religions présentes dans l’Empire romain. D’autant que cette date ne fut officialisée en tant que date de naissance de Jésus qu’au cours d’un synode au VIième siècle.

Concernant l’année de naissance de Jésus, les évangiles se contredisent. Celui attribué à Luc dit que Jésus est né lors du ou après le recensement organisé par Quirinus, gouverneur de Syrie, en +6. Alors que l’évangile attribué à Matthieu fait naître Jésus avant la mort du roi Hérode le Grand, qui a eu lieu en –4.

Bref, nous (enfin… eux, les chrétiens) ne fêtons ni le bon jour, ni la bonne année de naissance de Jésus…

Ensuite, il est de notoriété publique que le mythe européano-germano-chrétien de Saint-Nicolas (habillé en vert…), fut récupéré par une grande firme commerciale américaine au début du XXième siècle, fut travesti en rouge (Petit Papa Noël révolutionnaire…) et devint Santa Close pour les anglophones et Père Noël pour les francophones.

Le Père Noël, rêve de tous les enfants d’occident, produit du capitalisme…

On avance souvent l’argument de la tradition pour justifier le fait que les agnostiques et/ou laïques fêtent Noël. Mais l’on sait que la tradition n’est qu’un instrument de domination et d’oppression du fascisme d’Etat parmi tant d’autres.

Je finirai simplement en disant que Noël est une ignominie qui ne fait que faire souffrir les enfants, qui oblige les parents à leur mentir alors qu’ils prônent le mensonge comme étant un péché et la vérité comme une vertu, qui commémore la naissance fictive d’un être fictif et qui permet, chaque année, d’augmenter la puissance du Capital…

 

« C’est facile pour les parents de dire à leurs enfants que le Père Noël n’existe pas, mais il serait peut-être temps qu’on dise aux parents que Dieu non plus… » Jules-Edouard Moustic

Note : je me disais, en ce moment même, qu’on pourrait peut-être considérer Noël comme une religion, ou plutôt une mini-religion, expérimentale, qui serait destinée aux enfants. Le Père Noël serait le Dieu et le Messie dont les enfants attendent la venue, et il faut rester vertueux (c’est-à-dire obéir aux parents) pour qu’il leur accorde sa Grâce (les cadeaux). A développer…

Commenter cet article

Philippe. 23/12/2006 21:11

Beaucoup d'inexactitudes.

D'abord, Noël existait avant le christianisme. Les chrétiens ont récupéré une (ou des) fête existante.
http://www.joyeuse-fete.com/joyeux-noel/noelorigine.html

Jésus de Nazareth n'est pas né un 25 décembre, et certainement pas en l'an 1, on est d'accord. Ceci étant dit, les registres romains font état de son existence (il a été emprisonné par Pilate). On pourrait ajouter que l'étoile qu'ont suivi les mages était peut-être (probabablement) la comète de Halley, ce qui revient à faire naître Jésus un peu avant notre ère.

Quant à la souffrance des enfants... Euh, tu n'as de souvenirs du merveilleurs de la découverte de(s) cadeau(x)? Je me souviens encore de mon premier vélo, caché sous un immense drap... eh, oui, c'était merveilleux.

llh 23/12/2006 19:45

intéressante analyse... Mort à l'esprit de noël !