Les centre de tris en grève

Publié le par le collectif N.R.V

La grève a démarré dans les centres de tri de La Poste depuis 10 semaines pour les premiers. C’est parti des centres d’Ile de France (surtout banlieue), autour de la revendication de revalorisation à 3 euros de l’indemnité d’heure de nuit. Le mode d’action est choisi de façon à durer. Chaque nuit le personnel non fonctionnaire (« contractuel ») fait une heure de grève (retenue = 1 heure), chaque nuit du vendredi au samedi l’ensemble du personnel de nuit (donc fonctionnaires aussi) fait la nuit entière de grève.
Ce que réclament nos camarades qui travaillent de nuit dans les centres de tri de La Poste, c’est ce que demandent toutes celles et tous ceux qui travaillent en horaires décalés : il faut reconnaître que le travail de nuit … nuit à la santé.
Une véritable reconnaissance, la prise en compte de la pénibilité passent par : La diminution du temps de travail, des compensations en temps. Une revalorisation des indemnités de nuit.
Localement, le mouvement a été soutenu dès le début par de nombreuses intersyndicales.
Nationalement, la fédération SUD PTT soutient la grève, participe à sa coordination, popularise l’action et les revendications des grévistes.
Albi, Issy-les-Moulineaux, Créteil, Brest, St-Brieuc, Toulouse-Ville, Lille, Annecy, Clermont Ferrand, Paris- Louvre, Gonesse, Paris 14, Paris 15, Orly, Bordeaux, Lons-le-Saunier, Bobigny, Montpellier, Angers, Nantes, Nancy, Lyon St Priest, Lyon-Ville, Orléans, Valence, Chalons-en-Champagne, Trappes, Rennes, La Rochelle, Avignon, Vannes, Hte Garonne CTC… la liste des centres de tri en grève s’allonge.
Avec les unions interprofessionnelles Solidaires, nous appelons les cheminot-e-s et tous les travailleurs/ses du rail (restauration, nettoyage, etc.) à aller rencontrer les grévistes des centres de tri.
Depuis des années, La Poste installe ses centres de tri dans des zones éloignées, ferment ceux qui étaient dans les gares, … la solidarité ouvrière, l’action syndicale interprofessionnelle font peur aux patrons !
La meilleure solidarité avec nos camarades de La Poste, c’est de débattre nous aussi des conditions de travail en horaires décalés, de la reconnaissance en terme de temps de travail et rémunération, de nous préparer à agir ensemble !

Des patrons interchangeables...

On sait que l’actuelle présidente de la SNCF, Idrac, vient de la RATP où elle remplaça Bailly, parti à La Poste… et les exemples sont multiples.
Ils prônent la concurrence entre salarié-e-s, mais eux/elles, travaillent en étroite concertation, notamment lorsqu’il s’agit de lutter contre celles et ceux qui résistent, s’organisent, font grève.
Ainsi, face à cette grève qui perturbe le trafic postal depuis deux mois, la direction de La Poste a tout d’abord nié l’existence même d’un mouvement… avant d’oser dire il y a quelques jours qu’il « est temps d’y mettre un terme » !Dans un premier temps la direction de La Poste a communiqué sur les « avantages » qu’avaient les postiers/ères des centres de tri par rapport aux salarié-e-s d’autres entreprises publiques travaillant en horaires décalés.

Exemple concret de l’utilité d’un syndicalisme interprofessionnel, les organisations de l’union Solidaires ont fait le point sur la situation dans leur secteur, la fédération SUD PTT est revenue vers les patrons de La Poste, a proposé d’ouvrir immédiatement des négociations en prenant en compte tous les éléments de comparaison sur le travail de nuit des autres secteurs et professions.

Curieusement, alors qu’au début du conflit, la direction mettait en avant les nombreux “avantages” dont bénéficieraient les personnels de nuit pour justifier son intransigeance, aujourd’hui elle rejette cette proposition.

la situation des centres de tri en grève au 2 janvier 2007 sur le site : http://www.sudposte75.fr/

Publié dans Travailleurs !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article