réhabilitation dles quartiers viennois : danger !

Publié le par LEK

Le "contrat de ville" qui avait été signé en 2000 entre l'Etat et Mermaz a pris fin cette année. Il s'intéressait aux quartiers, était classiquement socialiste, plein de bonne volonté, mais autant dire qu'il a échoué (faut dire qu'il y a eu des changements politiques majeurs depuis 2000). Aujourd'hui, la situation des quartiers viennois et des classes populaires dans leur ensemble s'est aggravé.

La mairie a donc signé un nouveau contrat avec l'Etat et les collectivités locales. L'action sera menée sur trois terrains : Malissol, le Plan des Aures à Pont Eveque et la vallée de la Gère. Et Estressin, d'ailleurs ? Oublié ?

La mairie compte voir de nouvelles activités économiques être crées :

Dans le domaine du développement économique, de nouveaux projets peuvent voir le jour avec de vraies chances de réussite : la création d’une zones d’activités artisanales au Plan des Aures et 5 500 m² nouveaux de bureaux sur l’ensemble des quartiers.

La mairie considère peut être que des bureaux dans leurs quartiers vont apporter des emplois aux habitants, mais dans la réalité, on peut en douter. Par contre, une zone d'activité artisanale, pourquoi pas, sauf si c'est à la place de logements démolis. Mais probablement que c'est le cas car 76 logements vont être transformés en locaux d'activité.

D'autre part, la mairie estime la Vallée de la Gère, ainsi :

Au coeur de l’agglomération, le projet sur la Vallée de la Gère permet d’envisager ce quartier comme un patrimoine à valoriser. (...) installation d'un "pôle muséographique."

Peut-être en effet la Vallée de la Gère est un symbole du passé ouvrier viennois, mais ce qu'il y a derrière la peinture neuve qu'ils étaleront sur les murs le long de la Gère, ce sont des taudis. Les conditions de vie dans ces immeubles sont catastrophiques. La politique urbaine de la mairie doit s'intérèsser avant tout à la vie des habitants, et non pas à au patrimoine. Quant à l'installation d'un pôle muséographique, c'est vraiment pas la priorité.

Bref, passons aux choses sérieuses.

Des immeubles populaires vont être détruits ! Qui devra être relogé ? Au plan des aures, démolition de 60 logements sociaux, à Malissol "de nouvelles démolitions". Ceci est intolérable ! D'autant plus que le projet prétexte que si 134 logements sociaux vont être démolis, 134 vont être reconstruits, et 130 logements sociaux ou privés vont être créés. Ce dont il faut bien se rendre compte, c'est que ce sont avant tout des maisons individuelles, maisons de ville, petits immeubles (12 maison à 100 000 euros) qui seront construites.

La population qui peut y accéder n'est pas la même que celle les barres de béton du plan des aures, qui va rester sur le carreau ! Les classes populaires seront repoussées plus loin, vivrons dans des conditions de vie pire encore. Le projet est censé à la fois :

"changer en profondeur leur image et d’œuvrer pour une amélioration significative de la vie de leurs habitants."

L'image est primordiale ici : il s'agit de changer d'habitants pour ne plus avoir la même image.

Publié dans droit au logement

Commenter cet article