chez Easydis, "personne n'est irremeplaçable"

Publié le par le collectif N.R.V

Easydis est une plate forme logisitque, filiale de Casino, destinée à envoyer dans les grandes surfaces les produits à renvoyer les invendus aux fournisseurs. Elles est implantée à Reventin. La description de l’entreprise serait intéressante, mais ce n’est pas là notre propos. 

 

Bien sûr, dans la boite, pas moyen de voler quoi que ce soit. Il y a des caméras partout, des vigiles pas toujours très sympas aux portiques de sécurité que les employés doivent passer pour sortir de Easy’dis. Les visites de la gendarmerie sont monnaie courante. Bon, vive l’ambiance, mais il faut dire que c’est tentant. Et pour cause vu comment Casino est pingre !

Le problème est certes dans le côté "big brother" de l'entreprise. Mais il y a pire : pour réduire un max les stocks, Easydis se soumet aux flux de marchandises voulus par ses cadres et ceux de Casino et y soumet ses employés. Vive la concentration verticale !

 

Les contrats sont souvent passés par des agences intérims. Les employés sont sensés faire 35 heures par semaine, mais sur le mois, ce qui arrange bien Easydis, on le verra.

L’organisation de base, ce sont de petites équipes. Elles sont soumises à des chefaillons, qui eux mêmes sont responsables devant ceux qui décident du rendement. Classique du managment moderne !

Easydis se sert des RTT dans le but de flexibiliser un maximum les horaires des intérimaires. Chaque jour, chaque équipe se voit attribuer par avance un nombre de marchandises à envoyer aux grandes surfaces ou à renvoyer aux fournisseurs. Certains jours, Easydis n’a ou ne veut pas beaucoup de marchandise à traiter (et dans ce cas là fout en RTT les intérimaires), mais d’autres, impose une somme astronomique de travail à fournir. Facile pour ceux qui les fixent d’ordonner qu’ils soient atteints, beaucoup plus dur pour les équipes de jeunes intérimaires qui se coltinent le boulot. Bref, tant que les équipes n’ont pas fini, ils restent au taf. Avec une seule pause - le midi ou l'équivalant... de 35 minutes. Et un travail difficile.

En plus, Easydis évite de payer des heures supp : la direction donne aux intérimaires s des jours de RTT les jours où les flux sont faibles. Les intérimaires ne sont pas mécontent, mais ensuite, surprise la direction leur annonce qu’elle leur doit des heures. Ainsi, les intérimaires, qui ne bossent que peu certaines semaines, se retrouvent à faire 48 heures les suivantes ! Et tout ça, payées l’équivalant de 35 sur le mois, sans aucune heures supplémentaires. Joli coup, vraiment. Et légal. Tout juste, mais légal.

Et nos chers employés et intérimaires se retrouvent avec des payes d'entre 800 et 900 euros par mois après avoir été traités comme des chiens et avoir bossé comme des dingues certaines semaines. Toi, petit intérimaire, t’es pas content ? On te répond que dans l’univers de la logistique « personne n’est irremplaçable ».

Publié dans Travailleurs !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

invité 18/08/2008 21:44

EASY-DIS entreprise pourri !!!et oui j'y travail en ce moment et tous se qui et dit et en parti vraix !!sauf les cameras et les vigiles !!vivement que je me casse de cette boite pourri !!ET MOI JE VOLE CHEZ EUX CAR C DES ENC**** !! pourquoi me privée  !!je suis interimaire et cette etait j'ai du travailler 2 semaines sur 4 car je fais pas un rendement extraordinaire !!!  et oui fallait parler de leur rendement aussi ::: car la pression et la !!!pour ceux qui defende easy dis , vous etes en CDI c normal !! mais l interim c different !!!!

le collectif N.R.V 19/08/2008 07:29


fais attention à toi, de nombreux travailleurs se font interpeller à Easydis. Cela dit, tu as bien raison !


savy claude 09/07/2007 18:05

depuis 17 ans j ai eu le temps de m apercevoir  que dans cette boite de m...pour avoir une bonne place ou une augmentation il fallait soit avoir la bonne carte soit dire toujours oui mème quand on pense le contraire cet a dire savoir faire de la lèche  certains se reconnaitrons je n en doute pas  pour plus de renseignements n hésitez pas a me contacter se sera avec grand plaisir

lek 31/03/2007 11:58

dégueulasse de vous priver de votre vie de famille... Bonne chance et bonne continuation.

pierre 31/03/2007 09:09

Moi je trouve qu\\\'il y a beaucoups de vrai sur l\\\'article parlant d\\\'easydis, j\\\'etais interimaire en formation pour passer le cases, tous s\\\'est bien deroulé: cases valide bref le formateur nous demande ou l\\\'on veut etre affecte je repond a l\\\'epicerie car je sais que s\\\'est le seul endroit on l\\\'on ne travail pas tous les samedis je lui dis bien que je suis divorcé j\\\'ai  des enfants que je garde certain week end et je lui dit horaire plutot du matin j\\\'ai aussi remarqué que mon formateur ne m\\\'appreciait guere alors biensur il m\\\'a affecte au fruits et legumes ou l\\\'on travail tous les samedis non majores avec rtt. la grosse joie! Je contact le responsable et je lui dit que ca ne me convenait pas de travailler tous les samedis et s\\\'il pouvait contacter mon formateur il l\\\'a fait et il a ete radical il m\\\'a tous simplement dit par le biais du responsable de partir et qu\\\'il allait contacter ma boite d\\\'interim je le devance j\\\'appel ma boite je lui explique elle me dit de faire de meme donc je rentre et on m\\\'appel  j\\\'apprends que ma boite d\\\'interim ne veut plus que l\\\'on bosse ensemble  le formateur avait raconter plein de connerie sur mon compte du style que je voulais bosser le samedi etc tous ca pour se disculper car il ne m\\\'appreciait pas bref je trouve qu\\\'il y en a qui use bien de leur pouvoir pour casser les gens je me retrouve a galerer et ma boite d\\\'interim ne veut plus de moi cool la vie!

JF 04/03/2007 11:46

7 millions de travailleurs pauvres, des millions au chômage et on vous traite de cinglés lorsque vous dénoncez les conditions de travail et de salaire chez Easydis ..Bon courage, nous serons sans aucun doute bientôt des millions dans les rues...

le collectif N.R.V 19/03/2007 21:07

Cet article décrit fidèlement les conditions de travail des manutentionnaires d'"easy vice"