Contre la repression à VIenne

Publié le par le collectif N.R.V

Nous tenons à signaler le dépôt de plainte d’un jeune militant viennois à la suite d’une dénonciation calomnieuse émanant de Renan Remiller, fils du député-maire UMP de Vienne  Jacques Remiller, réélu aux élections législatives.  

 

Au cours de ladite campagne électorale, alors que Renan Remiller collait « les affiches de papa » une discussion s’est engagée entre ce dernier et un groupe de personnes n’appréciant pas la politique du maire, dont notre jeune viennois. Parmi eux, certains s’étaient cette année mobilisés pour obtenir de meilleures conditions d’accueil pour les SDF à Vienne. La discussion s’était suffisamment bien déroulée pour que Renan Remiller donne le numéro de téléphone portable de son père à ses contradicteurs pour qu’ils lui parlent de leurs problèmes.  

 

Quelques jours plus tard, dans la nuit du samedi 16 juin, le local de campagne de Jacques Remiller à Roussillon a été dégradé. Quelle n’a pas été la surprise du jeune militant lorsqu’il a été convoqué à la gendarmerie. Il a été interrogé quatre heures durant dans le cadre de l’enquête sur l’attaque du local de Roussillon. Les gendarmes ont également perquisitionné son domicile, à la recherche d’une paire de chaussures de type shox et d’une bouteille de Vodka qui aurait servi au délit. Sa mère a été de plus elle aussi convoquée et interrogée pour confirmer le témoignage de son fils. Il s’est par la suite avéré que le jeune homme a été relié à l’enquête suite au témoignage de Renan Remiller. Celui-ci l’a en effet accusé d’avoir exprimé publiquement des intentions délictueuses. Il aurait, selon le témoignage diffamatoire rapporté par les gendarmes, menacé de vandaliser et d’incendier « les locaux de l’UMP, la mairie, la maison de Remiller [père et maire], tout… », ce qui l’a de suite placé en bonne place dans la liste des suspects. Le jeune homme nie totalement avoir pu exprimer ces intentions et les autres personnes présentes ont confirmé ne pas avoir entendu de tels propos. Il a d’ailleurs été disculpé par les gendarmes.  

 

L’intérêt que Renan Remiller a à dénoncer de façon diffamatoire un jeune militant d’opposition est évident, c’est celui de le discréditer et de le faire taire. Une autre personne présente lors de la discussion entre Renan Remiller et les citoyens a été interrogée, convoquée et soupçonnée. Ce ne sont pas des cas isolés : au mois de mai, un autre militant d’extrême gauche avait été convoqué par la police et inquiété pour un bris de vitre du local UMP de Vienne, cette fois-ci, sur une vague et douteuse dénonciation. Il est depuis l’objet d’une surveillance de la part des forces de police et de gendarmerie. Si le jeune militant a été finalement innocenté en ce qui concerne le local de Roussillon, il est désormais sérieusement inquiété dans l’affaire du local UMP de Vienne. En effet, lors du dépôt de plainte qu’il a effectué au commissariat à l’encontre de Renan Remiller, il a été interrogé à ce sujet pendant deux heures.  

 

Nous espérons l’arrêt de cet acharnement répressif et la condamnation des propos infondés de Renan Remiller. Ils mettent en danger les libertés d’expression politique et d’opinion dans le bassin viennois.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

max 21/08/2007 07:25

on a reçu un mail sur la boite aux lettres électronique demandant de prendre contact . Mail signé de benjamin. On peut vous rencontrer le plus tot possible;

. 20/08/2007 20:24

Ton cul

Aurélien 25/07/2007 17:02

C'est vrai que vous êtes tellement courageux (nan même avec l'ironie c'est pas crédible, comme vous en fait) que vous ne ferrez pas dans votre froc. Révolutionnaires en cartons...

MLF 25/07/2007 13:56

On prend les paris, si le petit Renan fils à papa est convoqué à parier qu'il fait une diahrrée dans son froc. Mais les bleus on tellement le pression du  merde Vienne que................

Aurélien 24/07/2007 15:20

Et on peut m'expliquer la présence de votre logo (celui à gauche) dessiné sur la vitre de la permanence ? Dans cette affaire, il me semble également que vous vous en êtes plus réjoui qu'attristé (cf votre petite note et vos commentaires, qui d'ailleurs sont eux répréhensibles par la lois). Attention, je ne dis pas que ça ne fait pas de vous des coupables, mais votre attitude à cet égard est intolérable et anti-démocratique, alors ne venez pas parler de liberté d'expression quand ça vous arrange, parce que vous vous asseyez bien dessus bande de facho.