Surpopulation à St Quentin-Fallavier

Publié le par le collectif N.R.V

Pour que le Dauphiné daigne en parler, c'est que ça craint.

"Le
centre de détention est au taquet et la maison d'arrêt au bord de l'explosion avec un record jamais atteint de 348 détenus pour seulement 192 places. Cela devient ingérable, à tout moment l'inévitable peut survenir ! »
Depuis lundi, l'Ufap, union fédérale autonome pénitentiaire, par la voix de son représentant Alain Chevallier, tire la sonnette d'alarme.

340 détenus en maison d'arrêt, c'est le seuil régulièrement atteint par la maison d'arrêt de Saint-Quentin-Fallavier chaque mois de juillet. (...) « Depuis l'ouverture du site, jamais nous n'avons atteint une telle surpopulation. Nous sommes d'autant plus inquiets qu'avec l'arrivée des beaux jours, les forces de l'ordre vont comme chaque année constater une recrudescence de l'activité délictuelle... »

 

"Nous avons dû installer 50 matelas à même le sol, pour des cellules occupées par trois détenus"

 

Et à la prison de Saint-Quentin-Fallavier, chacun se souvient de l'épisode de juillet 2005 : une surpopulation de 340 détenus en pleine canicule. Depuis, avec l'absence de grâce présidentielle, la multiplication des comparutions immédiates ainsi que la mise en application de la peine plancher, les effectifs n'ont cessé de gonfler. (...)

Pour faire face à cette situation inédite, la direction arrange le quotidien avec des matelas posés à même le sol, une cinquantaine actuellement. « Nous avons des juges qui incarcèrent et on ne peut refuser un seul détenu. Nous avons dû installer 42 à 45 matelas pour des cellules à trois détenus. Faute de place supplémentaire, le problème est insoluble », reconnaît Jean-Claude Bosi, directeur du site de Saint-Quentin-Fallavier. « Cette situation nous inquiète et nous sommes conscients que notre personnel subit au quotidien des pressions. Les syndicats travaillent avec nous car il en va de l'intérêt général du site ».
Afin de pallier cette surpopulation, l'administration régionale compte sur l'ouverture prochaine du centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse, celui de Roanne et l'ouverture de la maison d'arrêt de Corbas. Corbas qui devrait cependant afficher dès son ouverture -pas avant décembre 2008- une surpopulation de 150 %. C'est dire qu'à Saint-Quentin-Fallavier, les surveillants déplorent une situation qui ne peut que se dégrader.

REPÈRES
PRISON
Composé d'un centre de détention et d'une maison d'arrêt, le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier dispose de 394 places. Avec la mise en service de la nouvelle prison de Corbas (programmée en décembre 2008), le site de Saint-Quentin-Fallavier devrait être transformé en un vaste centre de détention de 440 places.
CENTRE DE DÉTENTION
Du côté du centre de détention (abritant les condamnés purgeant une peine), on dénombre 202 places. Il s'agit d'un numerus clausus. Aussi, chaque nouveau détenu condamné est placé du côté de la maison d'arrêt, faute de place en centre de détention.
MAISON D'ARRÊT
Disposant de 192 places et devant abriter en temps ordinaire les seuls prévenus dans le cadre de la détention provisoire, la maison d'arrêt affichait hier matin 348 détenus alors que seuls 140 sont des prévenus

Dans le dauphiné
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article