Tract diffé à Romans sur Isère sur le nucléaire

Publié le par le collectif N.R.V

AU LABORATOIRE DE VALENCE


 

samedi matin , les deux militants antinucléaire chercha  l'aide d'autres militants antinucléaires du département  pour dénoncer les scandaleuse implations FBFC, CERCA,  etTriga international à moins de 600 métres d'une cité HLM , et un quartier populaire ( la Monnaie), les élus locaux depuis de nombreuses années  font  abstraction les énormes dangers  de telles Usines , dont l'une d'entre elle fabrique du Mox

   Notre avenir et celui de nos enfants est en danger.

  Dans la nuit du jeudi 17 au 18 juillet 2008, la FBFC, filiale du groupe AREVA, informe l’Autorité de Sûreté Nucléaire de la découverte de la rupture d'une canalisation en PVC située dans une goulotte en béton elle-même fuyarde par sept évacuations, l’ensemble étant recouvert de dalles en béton non étanches.

Cette canalisation fuyarde sert au transfert d’effluents radioactifs ayant un dosage de 2 mg par litre d’uranium artificiel enrichi à 50 % de l'atelier de recyclage de l’entité CERCA vers la station de traitement des effluents.

 

  • Il est constaté que les boues répandues ont une longueur de plus de 25 mètres sur 25 à 50 cm de haut. En conséquence, les chiffres annoncés de rejets de 200 à 700 grammes d’uranium, n’ont évidemment aucune valeur en soi et peuvent même être considérés comme fantaisistes, voir de la désinformation pour rassurer.

  • Par ailleurs, un haut responsable de la radioprotection avait déjà noté que les rejets de produits fluorés posaient problèmes, en particulier lorsque les filtres n'étaient pas remplacés à temps.
    Il est intéressant de se rappeler que le fluor a été le premier polluant à empoisonner les travailleurs du nucléaire t donc à susciter leur méfiance, avant même la radioactivité !

  • Les rejets liquides et gazeux de l'usine ne peuvent être analysés que par l'usine elle-même (pas de contrôle indépendant), et comme il n'y a pas de suivi permanent des rejets, on est en droit de douter des informations « officielles » fournies...

  • Comme l'usine a une importance stratégique pour la filière nucléaire française et qu'en plus elle travaille beaucoup pour l'armée, il est évident que la santé des riverains est une préoccupation secondaire par rapport à la production et la bonne marche de l'installation.

  Depuis des années que ça dure comme ça, on n'entend parler que de maladies graves, cancers, maladies cardio-vasculaires qui ont pour cause des usines nucléaires comme celle-là.

  Nous, habitants de la région romanaise et autour, il faut qu'on fasse quelque chose contre ce mépris de notre vie, une manifestation, un blocage...

Ce serait bien de se rencontrer pour en discuter le samedi matin au marché de la Monnaie, ou ailleurs, et d'avancer ensemble !

  signature: des habitants de la région Romanaise

LIRE AUSSI CECI : Tricastin, Romans : le week-end où je suis devenu presque négatif

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article