racket légal

Publié le par LEKLON

Une petite question, comme ça... Est ce que vous trouvez normal que dans les transports en commun, lorsque vous vous faites contrôler sans billet, des gens qui ne sont même pas flics :
- vous demandent d'arrêter votre trajet et de sortir.
- vous demandent vos papiers.
- vous empêchent de vous enfuir en vous bloquant, pourquoi pas à l'aide d'un gros baraqué, de 15 CRS ou de la police ferroviaire.

Quelle différence entre les méthodes des agents de transports en commun et du racket ? Ils utilisent les mêmes techniques, c'est la même chose, simplement, comme c'est du racket institutionnalisé, il est moins violent car a moins de mal à se faire accepter. Les gens se disent : j'ai tort de vouloir voyager gratuitement, alors bien sûr, quand les agents de transports en commun m'arrêtent, je me sens culpabilisé et j'obéis sagement.

D'autre part, comme la plupart des gens qui rackettent pour 35 euros, les contrôleurs s'attaquent au plus faibles des faibles.

SNCF, TCL, appartiennent à un service public. Il fonctionne sur le principe qu’on doit donner de l’argent pour se déplacer. On peut se demander par quelles stratégies et pourquoi le transport public nous impose-t-il de payer pour circuler. Les entreprises de transport en commun par leur paternalisme et leur caractère moralisateur nous poussent à accepter qu’elles accaparent un bien indivisible : le droit de circuler. Leur injustice extrême nous fait haïr ce que nous devrions nous approprier.

 Les entreprises de transport en commun ont une attitude paternaliste envers les voyageurs.   Elles encadrent leur comportement. En premier lieu, elles veillent à ce que les passagers se tiennent bien : il est interdit de poser ses pieds sur les sièges pourris, par exemple. Ensuite, les oublis sont sanctionnés de même que les retards : ne pas composter son billet rapporte 10 euros d’amende et prendre son billet dans le train coûte plus cher qu’au guichet. T’as intérêt à voyager avec tes papiers, parce que le contrôleur peut te les demander. Et puis, faut pas se prendre pour ce qu’on est pas : t’as un billet deuxième classe, interdiction de se caler dans un fauteuil de première (ce qui est encore un facteur de ségrégation sociale). Enfin, bien sûr, voyager gratuit, pas question ! 

 

Il y a une dimension moralisatrice dans ces règlements. Ce n’est pas bien d’arriver à la bourre à la gare, il faut bien se tenir dans un lieu public… Et surtout, tu dois payer pour ce que tu utilises. Ce n’est pas bien de frauder, c’est les autres qui payent pour toi. Tous ces discours veillent à responsabiliser les voyageurs. La SNCF, les TCL, la RATP vous éduquent – merci bien ! Cette politique est probablement en rapport avec leur qualité de « services publics ». En tant qu’institution para-étatique, elles ont pour rôle d’inculquer le civisme à leurs usagers.

D’autre part, ces entreprises du service participent à notre exploitation. Les fautes des clients sont sanctionnées. Par une amende mais aussi par la prison en cas de multirécidivisme. Les techniques par lesquelles les agents interpellent les fraudeurs sont violentes dans le cas des transports urbains, surtout. Lorsqu’on règle son amende, on est encadré par des gros baraqués. Pas moyen d’y échapper. Ce sont des techniques de racket légal auxquelles nous sommes habitués et qui nous paraissent naturelles et légitimes.

 

Et aucune excuse n’est valable : il est naturel de se demander si le service public de transport aime vraiment ses usagers, et s’il n’est pas un peu paranoïaque à son sujet. En réalité, il est bien obligé d’exercer une répression. Tout le monde ressent une certaine irritation quant à payer son ticket de métro ? C’est parce que nous savons très bien au fond de nous que nous payons pour quelque chose qui nous appartient de toute façon. C’est un droit naturel que celui de pouvoir se déplacer car c’est une des clefs de l’épanouissement social. Or, le droit de circuler, si jamais les déplacements sont payants, et d’ailleurs pas qu’un peu, est sérieusement limité par les richesses personnelles. C’est un peu la même distinction qu’entre un suffrage censitaire et un suffrage universel (encore que ce dernier ne soit guère garant de démocratie).

 Les sanctions infligées par la SNCF, la RATP et autres sont dirigées contre le peuple. Quiconque ne peut pas payer est un criminel, à traîner en justice. Prenons l’exemple d’un mec de 24 ans qui ne touche même plus ou pas le chômage, donc rien du tout. Il n’a pas le permis et pour se déplacer, il dépend de la SNCF ou d’un réseau de bus. Pour trouver du taf, ou même pour avoir l’occasion de bouger, il faudrait qu’il accumule les amendes. Un jour, il va se retrouver avec un sacré procès au cul et peut-être avec la prison à la clef, de toute façon dans une situation pire. Le transport public le maintient dans une incapacité de pouvoir se déplacer. Rester dans son bled de merde, ça empêche de prendre la mesure des inégalités, et ça supprime pas mal de chances de s’en sortir. Le développement de la vente sur internet, la carte bleue obligatoire, tout cela désavantage aussi le peuple.  

Enfin, on peut même se demander si ces entreprises ne cherchent pas à se faire haïr.  Surtout à la SNCF, ça ne va pas en s’arrangeant. Les usagers deviennent de plus en plus des clients, et ça se retrouve dans les discours de certains employés. Des mesures iniques sont prises à l’encontre des voyageurs, dans les remboursements, par exemple. Faire réduire son amende en arguant d’une situation sociale précaire ou même la faire annuler pour des raisons légitimes devient de plus en plus difficile. La SNCF a de plus en plus un discours sécuritaire, il y a un max de flics dans les gares et plus un seul mendiant. Dans les trains, les contrôleurs sont accompagnés de flics. Dur de négocier ! Et tu risques un contrôle d’identité et de te retrouver au poste encore plus facilement. 

 Peut-être est ce une stratégie pour d’une part préparer à la fin du monopole public, et d’autre part virer les employés de la SNCF. En se faisant haïr en tant que service public (les trains en retard, les vexations, les dotations inégalitaires par région…), la SNCF nous prépare à son éclatement, à sa privatisation et à la concurrence. D’autre part, les employés sont vus comme les responsables de la politique de la tête de la SNCF et les voyageurs, méprisant ceux qui sont vus comme des feignants, des incapables, n’ont pas de pitié devant la réduction du nombre d’employés.

Au fond le service public n'en a rien à foutre de tes besoins. Tout ce qui compte, c'est que tu casques et que tu ne remettes pas en cause ce principe là. Mais le comble du vicieux, c'est de te convaincre qu'il faut que tu payes pour te déplacer pour aller te faire exploiter au boulot.

Publié dans Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 18/04/2007 13:28

Bonjour tout le monde, Il y a de cela 2 mois j\\\'ai demenager de chez moi pour emenager avec ma fiancé, j3ai changé de region et de lycée, j\\\'allais pas me tapper 800 bornes matin et soir lol...Enfin bref je prend le train a 6h34 pour aller au lycée et je revien le soir a 18h00Pour payer le train j\\\'ai demandé au conseil regionale de prendre en charge le cout, on vie ma fiancé et moi depuis 3 mois avec un RMI pour deux et c\\\'est pas le boulot que je dois faire au noir le mercredi apres midi et les week end qui me rapporte de quoi nous nourrir lol...J\\\'envoie ma demande mais en attendant, je dois bien prendre le trainje ne voulais pas me faire chopper et avoir un pv à payer, (pas les moyens), j\\\'ai donc chercher un moyen d\\\'avoir un truc pour une semaine ou deux le temps que j\\\'obtient mon ASR (abonnement scolaire reglementé)Manque de chance, dans mon patlin ya une gare mais pas de gichet ni de truc automatique ni rien alors je demande a la mairie comment fairela bonne femme de l\\\'accueil m\\\'a dit que la SNCF a un accord avec les transports de bus "SiT" et qu\\\'on peut voyager avec un ticket de bus dans tout le bassin de pompey, "-cool, c\\\'est ce qu\\\'il me faut !" je prend un passe de 10 voyages ca me fera la semaine (5 jours matin et soir)Le lendemain je prend le train allé/retour sans voir de controleurmais le jour suivant, a l\\\'allé rien,au retour..."-Bonjour monsieur, votre billet s\\\'il vous plait" Je cherche dans mon porte feuille je sort la carte je lui passe, il me dit "-C\\\'est un ticket de bus monsieur, vous n\\\'avez pas de billet"la dans ma tete je me dis "-rah putain je l\\\'savais je l\\\'savais je l\\\'savais!"Je lui explique ce que la mairie ma dit il s\\\'en fou completement et me demande ma carte d\\\'identitéje continue a m\\\'expliquer lui disant que je ne voulais pas fraudé et lui expliquant que j\\\'ai pas de grand moyen,il me dit que les ticket sit marche effectivement dans le bassin de pompey mais que la on est plus dans le bassin de pompey, Humm tool 15 km a l\\\'ouest de pompey, 20 000 habitant c\\\'est pas dans le bassin de pompey, mais nancy 420 000 habitants 15 km a l\\\'est de pompey ca marche avec les ticket sit, la je comprend pas...brefj\\\'ai pas les 35€ pour payer le billet (qui au gichet coute 1€70) j\\\'ai bien ma CB mais on peut pas payer avec d\\\'apres lui (mytho il voulait toucher sa commission l\\\'enfoiré)bref, le billet plus les frais de dossier plus la piscine a amenager dans la 8eme villa du controleur (bah oui faut bien se cotiser, comme il dit les autres paye pour vous -.-)enfin bref je me retrouve avec un pv de 61 € que je ne pouvais pas payer j\\\'ai donc essayer le service clientele de la sncf...Je fais ma lettre leur expliquant ce qu\\\'il s\\\'est passé et mes moyens financié, j\\\'attend 2 mois et demi  j\\\'ai enfin une reponse hierje vous cite pas c\\\'est assez long mais je vous le resume "Dans ton cul tu paye ton P.V de 61€ dans les 10 jours ou alors on se foutera 375€Veuillez agréer monsieurs, l\\\'expression de mes salutations distinguées"Probleme, pour payer il faut-1 Les 61€-2Le PV sinon ils peuvent me redemmander de payer le meme autant de fois qu'ils veulent J'ai pu trouver les sous, je dirais pas comment car je risque la taule sinon lol je dec'Mais ces empaffés de fonctionnaire m'ont pas renvoyer le pv que j\\\'avais joint a la lettre comme il était demandé -.-j'ai donc 10 jours pour leur demandé de me renvoyer mon pv, vous savez a quel point il est facile de les joindre -.- je vien d'essayer d'appeller au numero qu'il me dise, apres 2 minutes facturé d'attente j'ai raccroché...Comment je fais ? j'attend ma majoration pour esperer avoir un nouveau papier mais la 375€ je vais les sortir d'ou de mon chapeau magique ?

le collectif N.R.V 18/04/2007 13:43

la solution avec la SNCF, c'est d'être aussi inerte et bouchée qu'elle. Tu lui envoies les 61 euros avec une lettre et merde c'est déjà la merde à trouver 61 euros. Essaie surtout pas le téléphone, ça sert à rien.
Sinon, t'as des associations (je sais pas chez toi, mais à Lyon, y a le PIM'S, ou je ne vais jamais alors que je devrais).
Bonne chance et bonne continuation.

lek 12/04/2007 01:12

est ce que cet article est insultant pour les contrôleurs de la SNCF ou son personnel ? Non.
Y a des contrôleurs de la SNCF qui sont des ordures fascistes, faut l'avouer, mais pas dans l'ensemble. Le facteur individuel est fort chez les contrôleurs SNCF (la relation est d'individu à individu). La SNCF n'impose pas de quotas d'amendes à remplir, je crois. La logique est différente en ce qui concerne les miliciens baraqués des transports urbains, qui se déplacent à plein pour faire des rushs de répréssion.

le chat 69 11/04/2007 22:02

Et le jour où tu trouveras un travail de gens du peuple, payé à sa juste valeur, pour la peine que tu te seras donnée.... Tiens par exemple, contrôleur de trains, alors que feras tu ?
 

la sentinelle 23/02/2007 15:50

ce qui est anormal, c'est qu'ils soient payants....

Derje Boven 23/02/2007 15:48

En même temps, vu que les transports en commun sont payants, on doit payer. Et si on fraude, on doit raquer. Je ne vois RIEN d'anormal là-dedans ...